Compétitions

Calendrier des compétitions

There are no upcoming events at this time.

Nos sportifs de haut-niveau

Mathieu TERNANT

25 ans, licencié depuis toujours en Ardèche, il a commencé l’escalade au club de La Grimpe, à Tournon-sur-Rhône et il compte y rester fidèle !
Ses objectifs ?


Des podiums aux championnats d’Europe, en coupe du monde et être champion de France. Évidemment, il vise une qualification aux jeux Olympique de Paris 2024
Palmarès :

  • Victoire en coupe d’Europe 2021

  • Demi-finaliste aux championnats du monde 2021

  • Deux fois finaliste aux championnats de France seniors 2019 & 2020

Arthur TERNANT

25 ans, licencié depuis toujours en Ardèche, il a commencé l’escalade au club de La Grimpe, à Tournon-sur-Rhône et il compte y rester fidèle ! Ça lui tient à cœur de porter les couleurs de l’Ardèche en France comme à l’international.

Palmarès :


  • 4ème sélectif Équipe de France de Diff, Troyes, 2021

  • 6ème sélectif Équipe de France de Diff, Paris, 2021
  • 2ème Open Internantionale du TAB, L’argentière-la-bessé, 2020
  • 2ème, Championnat de France, 2019

  • 1er Coupe de France, 2019

Emilien CASADO

20 ans. Cela fait maintenant 15 ans qu’il fait de l’escalade au club Les Lézards Vagadonds à Le Pouzin. Il est en équipe de France depuis la catégorie minimes, en bloc et en difficulté. Sa discipline de prédilection est le bloc , et cette année 2021, pour la première fois il a pu se qualifier pour une coupe du monde dans la catégorie sénior. Il fait également de l’escalade en milieu naturel, avec plusieurs 8b blocs à son actif, un peu de falaise (8a à vue et 8b après travail), et des beaux voyages en deep water aux baléares.

Palmarès : 


  • 3ème en coupe d’Europe de Bloc à Klagenfurt, Autriche, 2021
  • 6ème en championnat de France, le Pouzin, 2019.

Romain BERTRAND

Il pratique l’escalade depuis l’âge de 8 ans au club Les Lézards Vagabonds à Le Pouzin. Le sport est aujourd’hui pour lui, un gros morceau de sa vie. Malgré les années, sa motivation reste intacte ! 
Ses objectifs ? 
Participer au championnat de France de Bloc et intégrer l’équipe de France d’escalade de bloc.

Palmarès :

  • 3ème Coupe de France (Valence 2021)
  • 4ème au sélectif d’équipe de France de bloc

 

Sites naturels et conditions de pratiques

S’il y a un département qui peut se targuer d’offrir au grimpeur une variété de sites et de milieux naturels, c’est bien l’Ardèche. Du petit site intimiste niché à l’ombre des fayards et rafraîchi par la proximité du torrent, parfait pour une pratique familiale, à l’insolence des grandes voies parcourant les impressionnants dévers concrétionnés gorgés d’un soleil déjà bien méridional, la palette est large ! Calcaire, granite, migmatite, gneiss, grès, basalte, phonolithe… Grandes voies, couenne, trad, bloc… Et une constante : un environnement exceptionnel et des Ardéchois déterminés à conjuguer sport et nature au présent comme au futur.

Nous vous livrons aujourd’hui la carte d’un terrain de jeu fascinant à découvrir et à redécouvrir, et les clés de pratiques verticales à réinventer.

Il ne s’agit pas ici de s’en tenir à fouler des sites naturels mais aussi de les gérer. Autour de trois notions clés : espace fini, conscience et responsabilité.

Rien de bien nouveau au final, seulement la formalisation de règles de pratique de bon sens qui s’imposent d’elles-mêmes, « naturellement » dirons-nous, dès lors que sont exposés quelques éléments de réflexion. En premier lieu, la question de la « ressource ».

Aussi riche en falaises que soit notre département, le potentiel d’escalades n’est pas infini. Voici une limite naturelle évidente à notre activité que nous sommes contraints d’accepter : les parois ne sont pas extensibles ! En outre, les milieux rupestres abritent un indéniable patrimoine écologique.

Certes, la vulnérabilité actuelle de ce patrimoine ne saurait être imputée à la seule pratique de l’escalade (les pollutions, la dégradation des milieux, les braconnages, les électrocutions… ont eu et ont toujours un rôle bien plus déterminant). Néanmoins, sans en être la cause première, la fragilité des milieux dont nous sommes tout de même les utilisateurs privilégiés (qui d’autre que nous a accès aux falaises ! ?) exige de notre part, dès lors que nous en sommes conscients, responsabilité et bienveillance. Et l’environnement humain dans tout ça ? Ça ne vous aura pas échappé : l’Ardèche est un territoire rural. Pas désert ! Il va sans dire – mais ça va mieux en le disant – qu’un territoire est avant tout un espace à partager avec celles et ceux qui en ont un usage autre, au premier rang desquels les propriétaires. Des propriétaires privés le plus

souvent enclins à accepter nos pratiques sur leurs terrains mais toujours soucieux d’en être informés et sinon inquiets, au moins extrêmement et légitimement attentifs aux questions de responsabilité en cas d’accident.

Et nous savons que les réponses à ces questions ne sont malheureusement pas aussi simples qu’il y a encore quelques années.

Le monde du plein air est en mutation. À nous de savoir nous inscrire dans une démarche proactive, à la fois en co-utilisateurs légitimes d’un espace, hôtes de milieux naturels et de leurs propriétaires, défenseurs attentifs de notre passion et en garants d’un patrimoine écologique et socio-sportif.

Nous devons donc garder en mémoire ces éléments et être vigilants sur nos comportements (le mien mais aussi celui de mon voisin).

Si nous pouvons grimper aujourd’hui, c’est que les propriétaires l’ont autorisé, que des collectivités en ont financé l’accès et l’équipement, et que des acteurs professionnels ou bénévoles œuvrent chaque jour pour développer, entretenir et défendre nos sites.

Partager l’espace entraîne une responsabilité collective des grimpeurs. Nous sommes responsables de notre pratique.

Toute négligence de votre part rejaillit automatiquement sur les autres grimpeurs ou les autres usagers…

Documents de gestion dont il vous faut prendre connaissance, et respecter :

Émettre une alerte

Qu’est-ce que Suricate ?

Suricate permet de signaler les problèmes que vous rencontrez lors de vos loisirs et activités sportives de nature.

Une erreur de balisage, un panneau défectueux, un problème de pollution, un besoin de sécurisation, un conflit avec un propriétaire ou d’autres pratiquants… Remplissez le formulaire, localisez le problème et envoyez.

Votre signalement sera traité par des fédérations sportives de nature, des Départements et des services de l’État en lien avec le Pôle ressources national sports de nature du ministère chargé des sports.

Vous serez tenu informé des suites données à votre signalement.

Stages et loisirs